On parle de Proxym à Jeune Afrique

Sur l’immense campus, entre les plants d’olivier, des milliers de mètres carrés sont en cours d’aménagement. Ils accueilleront bientôt des espaces de restauration et des promenades. À côté des bâtiments déjà occupés par des groupes internationaux (tel le germano-nippon Yamaichi Electronics ou le franco-tunisien Proxym IT), d’autres sont à louer. Et, sur le site mitoyen de la Business City, des terrains sont disponibles à la vente pour l’implantation de sociétés de services.

Dès 2012, en prélude à la création de Novation City, les start-up, PME et grands groupes avaient constitué un cluster (« incubateur ») autour de projets communs dans le domaine de la mécatronique. Une dizaine ont déjà été commercialisés, comme l’innerj Box, distribuée en Tunisie et en Europe pour optimiser sa consommation d’énergie à distance. Cette technologie est développée par Proxym IT en partenariat avec Fuba, filiale du groupe industriel tunisien Onetech, et la start-up Chifco, fondée par Mohamed Amine Chouaieb, spécialisée dans l’internet des objets (IOT) et le machine to machine (M2M).

Créée en 2006 par Wassel Berrayana, un ingénieur tunisien passé par la Silicon Valley au début des années 2000, Proxym IT chapeaute désormais quatre start-up spécialisées dans les services numériques (banque en ligne, e-gouvernance, etc.), dont elle est actionnaire majoritaire. Après avoir conquis les marchés français et moyen-orientaux, elle s’attaque à ceux du Maghreb et de l’afrique francophone. « Entre l’école d’ingénieurs installée sur le campus et celles présentes dans les environs, les ressources humaines ne manquent pas ici, ce qui est un vrai plus », souligne Elyes Mdimagh, le responsable marketing de Proxym IT. Il en sait quelque chose : le groupe emploie 150 ingénieurs sur son site de Sousse et 20 autres dans ses filiales de Tunis, Paris et Dubaï.

Source Jeune Afrique : https://www.jeuneafrique.com/mag/675245/economie/la-novation-city-en-tunisie-bienvenue-chez-irobot/